30ème anniversaire du jumelage avec Espinho à Brunoy

Il y a 30 ans, en 1992, les villes de Brunoy et d’Espinho signent le serment de jumelage qui les a unis. Aujourd’hui, trois décennies plus tard, l’amitié entre les deux communes est toujours aussi forte et c’est ensemble qu’ils renouvellent leurs vœux de jumelage.

Espinho est une ville balnéaire, ancien village de pêcheur, située à une quinzaine de kilomètres de Porto. Brunoy est une commune pleine de charme qui conjugue à merveille nature et dynamisme. Rien ne prédestinait ces deux villes à une union et pourtant le 7 juin à Espinho puis le 14 novembre 1992 à Brunoy, est né leur jumelage. Cette réunion est en partie à l’origine de l’Association Franco-Portugaise du Val d’Yerres. Laurent Béteille, Maire de Brunoy en 1992 déclarait : « Ce sont deux premiers échanges qui nous ont permis sans hésiter de concrétiser ce jumelage par la signature aujourd’hui de ce pacte d’amitié entre nous. Ce pacte d’amitié est avant tout un acte de foi en l’avenir et une volonté de rapprocher les hommes. […] Ainsi ce jumelage ne sera pas seulement la fête d’un jour, mais doit être le début d’une solide et longue amitié. […] Je suis persuadé que nous sommes sur la bonne route. »  Il avait un très bon pressentiment.

30 ans plus tard, l’amitié entre les deux communes est toujours aussi forte, c’est pourquoi elles ont renouvelé leurs vœux de jumelage cette année. Pour l’occasion, la délégation portugaise, menée par Miguel Reis président de la Camara Municipal (maire en portugais) est venue à Brunoy les 10, 11 et 12 novembre derniers. Durant ce séjour, ils ont visité Brunoy, assisté à la commémoration du 11 novembre et ont signé le serment de renouvellement des vœux. Signe d’une union vouée à durer encore plusieurs décennies comme le souligne Bruno Gallier, Maire de Brunoy : « Plus que la rencontre entre deux villes, ce rapprochement a surtout été celle de deux populations, de deux histoires, de deux cultures et je continuerai à mettre un point d’honneur à favoriser ces relations d’échange. »

Vive Brunoy, vive la France, viva Espinho, viva Portugal !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.