Numéro 18 – Automne 2010

LE PETIT JOURMELAGE – Le journal du Comité de Jumelage de Brunoy Numéro 18                                                                                                            automne 2010

Bonjour,

Ces derniers mois ont été fertiles pour notre Comité puisqu’en mai, une délégation officielle a été reçue à Espinho et des projets ont pris forme suite aux rencontres et visites effectuées. Un autre groupe s’est rendu à Wittlich pour la Fête de la vieille ville. En mai également nous avons accueilli nos amis anglais, certes peu nombreux mais motivés !

Traditionnellement le 14 juillet a permis à la ville de recevoir les délégations de nos villes jumelles, mais c’est la première fois que les trois nouveaux maires de Wittlich, Espinho et Reigate & Banstead se retrouvaient aux côtés de Laurent Béteille. Voyons là un signe encourageant pour l’avenir de nos jumelages.

L’été s’est terminé avec notre habituel voyage en Angleterre. Cette année, visite d’un village victorien au Musée de Basingstoke dans le Hampshire. Les Journées du Patrimoine côté british en septembre, nous permettent de découvrir des lieux insoupçonnés et intéressants. En octobre nos amis d’Espinho sont venus évoquer le centenaire de la République du Portugal.

Côté projets, notez bien les dates des quiz, soirées à thème, Marché de Noël … Vous êtes les bienvenus. Nous regrettons de ne pas avoir été invités à faire des crêpes pour la Fête de la Ville. Comme toute association qui se respecte, nous avons besoin de gagner quelque monnaie et de rencontrer les gens pour leur parler des jumelages . Notre présence au Forum des Associations ne suffit pas.

Enfin j’ai la joie de vous annoncer la  mise en ligne de notre site Internet, cliquez et vous saurez tout sur les activités du jumelage !

Quelques pensées remplies d’émotion et de bons souvenirs pour deux amis qui nous ont quittés : Michel Fouan, premier président de notre association et Paul Bernaud, qui a partagé avec nous l’aventure du jumelage avec la British Legion. Toutes nos amitiés à Christiane et Anny.

A bientôt !                                                                                La présidente  –  Danielle Redstone

————-

En juin, Laura, stagiaire à la mairie de Brunoy, est partie une semaine en stage à la mairie de Reigate, dans le cadre de ses études et en collaboration avec les comités de jumelage de Brunoy et de Reigate & Banstead et les deux municipalités.

Elle nous a rapporté deux articles :

– le premier est l’ interview d’un conseiller, Brian Cowle,                                                              – le second traite du stress au travail.

————-

Entrevue avec Brian COWLE

Brian COWLE est le conseiller local de Banstead situé au Nord de l’agglomération. Il est conseiller municipal depuis 25 ans et fut Maire de 1999 à 2000.

L- Quelle est votre place au sein du Conseil ?

J’y représente les habitants de Banstead. Je n’ai pas de grandes responsabilités.              J’en ai eu dans le passé, j’ai été Maire il y dix ans, mais maintenant, je ne fais que représenter Banstead.

L- Quel est votre principal intérêt ?

Je crois que j’ai toujours été intéressé par ma communauté, aider les personnes qui sont en difficultés, essayer de rendre leur vie meilleure, m’assurer que l’argent qu’ils dépensent en taxes est utilisé correctement.                                                                                                      Oui, j’ai toujours été intéressé par la communauté et ai toujours levé la main pour  postuler à un travail.                                                                                                                                    Mais quand j’avais des responsabilités, mon intérêt principal était l’urbanisme, car c’est quelque chose de très important pour les gens.                                                                          Par exemple si quelqu’un voulait construire une énorme maison à côté de la leur cela risquait de poser problème ou quand des personnes voulaient construire elles-mêmes elles devaient obtenir une permission, il pouvait aussi être question d’aires de loisirs car elles n’étaient pas assez nombreuses.

L- Étes-vous particulièrement impliqué dans le jumelage ?

Oui, je le suis depuis 11 ans, c’était l’année avant que je devienne Maire, car ma femme aime beaucoup aller en France, a des amis là-bas et parle très bien français.                      Moi, je ne le parle q’un petit peu.                                                                                                L’année où je suis devenu Maire, il y avait une célébration, il me semble que c’était les 5 ans du jumelage, j’ai dis que je souhaitais acheter un arbre pour le planter dans le parc Reigate and Banstead .                                                                                                                Nous y sommes allés, nous nous tenions là avec le Maire, Laurent BÉTEILLE, avec les drapeaux français et anglais. Il y avait un grand trou dans le sol puis vint un immense arbre qui fût mis dedans.                                                                                                        Ensuite Laurent BÉTEILLE dit quelques mots, puis ils enlevèrent les drapeaux et je vis que mon nom sur la plaque était mal orthographié.                                                            Heureusement, la plaque fut vandalisée par des hooligans et ils en firent une autre plus tard !!! …                                                                                                                                            Je devais donc faire un discours, je voulais le faire en français, avec le peu  de français que je connais.                                                                                                                                          J’ai alors commencé par dire « ma femme est extraordinaire»  et les gens applaudirent très fort                                                                                                                                                         En effet nous avons de très bons amis en France, comme Jean Reznikoff , il organise les jumelages avec Brunoy maintenant.                                                                                             Nous étions à Brunoy en avril. Nous y allons chaque année.

L- Pourquoi vouliez-vous être Maire ?

Un Maire en Angleterre, comme vous le savez sûrement, n’a aucun pouvoir.                       C’était un honneur. J’étais Conseiller depuis 15 ans donc ce fut agréable d’être choisi pour être Maire cette année là.                                                                                                            Pour moi c’était un honneur, et c’était amusant, j’ai beaucoup apprécié.

L- Quand vous étiez Maire, quelles étaient les œuvres que vous souteniez ?

Il y en avait deux. L’une concernait les personnes souffrant de lésions cérébrales, basée à Banstead, donc je la connaissais bien, l’autre concernait celles souffrant de problèmes avec leurs articulations.

L- Comment une personne est-elle choisie pour être Conseiller et par qui ?

La plupart des Conseillers sont choisis par un parti politique.                                                   Je suis un conservateur, j’ai été membre du parti conservatif depuis mes 18 ans puis me suis dévoué à diverses activités politiques.                                                                                     J’ai toujours voulu être Conseiller j’ai donc posé ma candidature et été sélectionné à l’époque où je vivais près de l’aéroport de Londres. Mais je n’ai jamais été élu à cause du parti travailliste. Puis j’ai emménagé à Banstead où j’ai été choisi pour poser ma candidature mais c’est le candidat de l’association des résidents qui fut élu, j’étais donc très déçu.                                                                                                                                                     Il faut donc être choisi par un parti politique qui compte en général 10 personnes car c’est très difficile de trouver des gens voulant faire ceci.

L-Que faisiez-vous avant de partir à la retraite ?

Je travaillais dans la science de la nourriture. Cela consistait à inventer des aliments, dans un laboratoire.                                                                                                                                 J’ai toujours travaillé dans ce domaine et mon dernier emploi était dans les saveurs.          C’était très intéressant. Avec un ami, nous allions dans les universités pour parler de la saveur des aliments, en jouant avec les mots.

————-

Le Stress au travail

À Reigate & Banstead, afin de lutter contre le phénomène du stress au travail et ses conséquences, une politique et ses procédures ont été mise en place. C’est l’un des sujets traités pendant la réunion sur la Santé et la Sécurité (Health and Safety) ayant lieu environ une fois tous les trois mois.

La politique du stress au travail a pour objectif premier de s’assurer que ces deux  documents sont respectés. Il faut s’assurer de plus que les personnes les plus exposées aux risques de stress soient identifiées et aidées, que les risques soient évalués pour toute activité des travailleurs, que des mesures nécessaires soient mises en place là où les risques sont élevés.

Le Conseil de Reigate and Banstead admet que pour obtenir l’harmonie nécessaire à un travail productif et des employés épanouis, il est essentiel de maintenir un certain équilibre entre vie au travail et vie privée. Car la source du stress peut être extérieure au milieu du travail mais il ne faut pas pour autant l’ignorer. En effet, le stress affecte la personne qui en souffre mais aussi ses collègues et toute l’organisation qu’il y a autour.

Il est reconnu que le stress est une réaction causée par une forte pression exercée sur quelqu’un et non pas une maladie psychologique ; que certaines maladies peuvent être causées par le stress ce qui détériore les performances du salarié et ses relations sociales ; que tout le monde n’est pas égal face à la pression, certains sont plus fragiles que d’autre, que n’importe qui peut en être victime et que quiconque souffre du stress doit être soutenu et aidé.

Par ailleurs, une pression raisonnable peut s’avérer être utile et positive. Quand elle n’est pas excessive, la pression peut être une motivation, un moteur qui aide à avancer. Le tout étant de savoir respecter les limites de chacun.

Face au stress, chacun doit assumer ses responsabilités.

Les managers doivent surveiller les horaires des employés afin qu’ils ne soient pas surchargés de travail et d’heures supplémentaires, s’assurer qu’aucune forme de violence ou harcèlement n’ai lieu, offrir un support supplémentaire aux personnes souffrant de situations de stress hors du travail.

Les Ressources Humaines doivent aider les managers à suivre la politique anti-stress, contrôler le taux d’absence maladie, les accidents, le chiffre d’affaire, et se tenir informé sur les études menées.

Les employés doivent trouver des solutions avec l’aide de leur représentant du syndicat, leur manager ou leur conseiller personnel et accepter les propositions de soutien et réunions qui leur sont recommandés.

Les procédures mises en place par le Conseil :

  • Introduire le management du stress dans le questionnaire biannuel afin d’identifier les sources du phénomène et les endroits concernés
  • Agir comme nécessaire en fonction des réponses au questionnaire
  • Promouvoir des formations sur le management du stress et les absences maladies pour les responsables
  • Contrôler le stress autant que possible
  • Pourvoir de nouvelles initiatives agissants sur la santé et pouvant réduire le stress et aider à la tranquillité des employés
  • Promouvoir des réunions confidentielles pour les personnes affectées par le stress

Le Conseil prend des initiatives visant à la relaxation et au bien-être des employés en les encourageant à prendre des pauses et à prendre des douches s’ils vont faire du vélo ou du jogging sur la pause déjeuner par exemple (des cartes spécialisées dans les promenades à pied ou en vélo sont d’ailleurs distribuées), mais aussi en organisant des repas avec massage thérapeutique ou des formations personnalisées afin d’apprendre à gérer la pression.

Pour les personnes souffrant du stress, comme celles victimes d’agression ou harcèlement, il existe des numéros où joindre des spécialistes pouvant leur venir en aide, comme des conseillers personnels, le Health and Safety Advisor on extension (conseiller en santé et sécurité), les syndicats, ou un service extérieur disponible 24/24h où un conseiller les aide à trouver des solutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.